Jardiner pour apprendre


Un texte de Mme Susan McLenaghan, infirmière en santé publique pour le réseau de santé Horizon.

En tant qu’infirmière en santé publique travaillant auprès des Apprenants en santé dans le cadre du programme scolaire, j’essaie d’appuyer les projets qui ont des effets bénéfiques sur la santé et le mieux-être physique et mental des élèves et de la collectivité. Un jour, j’ai entendu parler d’un enseignant à l’école Assomption de Rogersville qui avait mis sur pied un projet dans lequel les élèves apprenaient l’aménagement paysager, l’horticulture et les techniques du jardinage. J’ai tout de suite voulu en savoir plus et m’impliquer avec eux.

Je suis donc allée à la rencontre de M. Claude Vautour.4 C’est un éducateur très dévoué et passionné. Il a une relation personnelle privilégiée avec la nature et l’environnement, et il considère que ce lien joue un rôle important dans son propre mieux-être. Il voulait partager ces valeurs avec les élèves et leur permettre d’avoir une approche globale envers leur mieux-être et celui des gens qui les entourent. Il avait déjà établi de nombreux partenariats avec l’industrie, la collectivité et le gouvernement. Son approche consistait à capitaliser sur les talents et les intérêts des élèves pour créer des projets qui bénéficieraient à leur mieux-être mais aurait aussi un impact positif sur la communauté. Les élèves ont commencé par la conception, la construction et la culture d’un jardin communautaire. Les jeunes ont été responsables du projet de A à Z! Ils ont dessiné des plans, établi un budget, construit des boîtes à jardin eux-mêmes, construit des étagères spéciales pour faire germer leurs graines à l’intérieur et ont pris soin de leurs pousses en attendant la saison chaude… Le printemps venu, les élèves se sont occupés eux-mêmes du terrassement en utilisant de la machinerie spécifique grâce à un partenariat que M. Vautour avait établi avec une entreprise locale, et ont planté leurs pousses et appris à prendre soin de leurs plantes. Ce fut vraiment un projet valorisant où chacun a pu utiliser ses compétences et explorer ses intérêts pour en apprendre plus et découvrir de nouvelles passions! Quelle joie de voir les élèves si engagés, connaissant et fiers de leurs créations! Et la communauté a rapidement emboité le pas! Durant l’été qui a suivi, plusieurs familles se sont portées volontaires pour arroser et entretenir le jardin.

3L’apprentissage est enraciné dans la pratique et offre aux élèves tout un éventail de
possibilités. Ils acquièrent de l’expérience en sciences naturelles, en mathématiques, en nutrition, en charpenterie, en aménagement paysager et en jardinage. Les élèves ont maintenant des connaissances sur la gestion de l’environnement et les liens avec la nature et peuvent envisager de nouvelles carrières. Le programme de jardinage et d’horticulture permet aux élèves de se familiariser avec diverses espèces de plantes, d’établir un lien avec la terre et la chaîne alimentaire et de comprendre le concept de durabilité et les questions diverses et complexes entourant l’alimentation dans le monde d’aujourd’hui.

Plusieurs élèves ont vu des répercussions directes dans leur vie suite à leur participation au programme de Claude. Comme Léo, qui a fabriqué ses propres 10boîtes avec son père pour cultiver des tomates et des concombres à la maison. Ou encore Nicolas, qui fabrique maintenant des boîtes à jardins chez lui et gagne un peu d’argent en les vendant dans la communauté. D’ailleurs, ce dernier a décroché un emploi d’été pour se charger de l’aménagement paysager autour de l’un des monuments à Rogersville. Mais les répercussions ne se limitent pas qu’aux élèves ! Claudia, une aide-enseignante dans la soixantaine, a été inspirée à se procurer une boîte à jardin et cultiver ses propres tomates à la maison. L’orienteuse de l’école, Mme Renée, s’est elle aussi procuré des boîtes à jardin pour démarrer son propre potager.

Les avantages éducatifs dont profitent les élèves se poursuivront22 toute leur vie. Les leçons fournies et les compétences acquises couvrent une gamme de sujets allant de la conception d’un jardin jusqu’à la semence de graines, de la récolte et de la préparation des aliments. Grâce à la proximité de l’école élémentaire à l’école secondaire, les élèves de l’école secondaire peuvent encadrer les plus jeunes élèves. Au fil du temps, les élèves se sont mis à parler d’élargir le projet. Ils étaient enthousiastes à l’idée de pouvoir faire profiter plus d’élèves, d’enseignants et membres de la communauté de leurs talents et leurs efforts. La collectivité a été très réceptive et beaucoup de partenaires se sont manifestés. Le groupe travaille maintenant à créer un petit parc sur un terrain adjacent à l’école appartenant au Foyer Assomption. Ils y aménagent un sentier parsemé de bancs colorés, cabanes et mangeoires à oiseaux, jeux éducatifs… Toute la communauté pourra en profiter!

23Les projets de de Claude avec ses élèves incarnent le concept d’une approche globale envers le mieux-être ainsi que le développement fondé sur les compétences et les acquis. Ils aident aussi les jeunes à comprendre l’impact de l’environnement sur leur mieux-être mais aussi des façons concrètes de façonner leur environnement pour qu’il favorise leur mieux-être et celui des autres. Grâce à cette école et à un enseignant dévoué qui a été inspiré par l’idée de faire de l’environnement extérieur sa salle de classe, les élèves et toute la collectivité jouiront des bienfaits à long terme.

Nous remercions Claude Vautour pour sa vision et tous les gens qui ont contribué à la réalisation de ce projet. Pour obtenir de plus amples renseignements sur nos jardins et les outils et subventions pour la création de jardins, veuillez visiter le site Web suivant : http://www2.gnb.ca/content/dam/gnb/Departments/sd-ds/pdf/Wellness-MieuxEtre/PACA-Histoires-2012-2013.pdf
Group_cropped

 

Related Stories

X
X